Principes

On peut citer quelques principes qui doivent régir le choix des indicateurs :

Principe n° 1 : l’utilité
Il ne faut pas oublier que les indicateurs ne sont que la mesure d’objectifs. Ils doivent donc être choisis en fonction de l’objectif à atteindre prioritairement. On ne peut pas donner cinq objectifs à un service (par exemple) qui ne saurait pas où donner de la tête et qui regarderait monter et descendre les indicateurs sans savoir comment agir.

Principe n° 2 : ne pas s’éparpiller
Si on a effectivement cinq objectifs pour ce service, il faut d’abord concentrer ses efforts sur le plus important (des outils qualité permettent de sélectionner !!!) et lorsqu’il est atteint, on peut choisir un nouvel objectif (en n’oubliant pas de fiabiliser le précédent) on peut avoir une période où on " garde un œil " sur le précédent pour vérifier qu’en changeant, on ne détruit pas.

Principe n° 3 : simplicité
De plus, les indicateurs ne doivent pas être le résultat de calculs. Exemple : productivité = A x 2/3 x B/C. Sinon, on ne comprend pas le lien entre le travail de chaque jour et l’indicateur et on n’atteint jamais l’objectif.

Principe n° 4 : représentativité
Toutefois, on peut dans certains cas choisir un système avec des " équivalents ". Exemple : sur une machine, il est facile de faire des carrés et difficile de faire des ronds.

On estime AVEC LES OPERATEURS de la machine qu’il faut trois fois plus de temps pour faire un rond. On dit dans ce cas, 1 rond = 3 carrés et on ne compte qu’en carrés. (Ce qui n’empêche pas de travailler à diminuer le coefficient, qui devra donc être revu de temps en temps).

Chapitre précédent
Retour au sommaire
Chapitre suivant